bootstrap modal form

Historique

Projet «Le Boisé Chantant»



Les débuts du projet

Tout a commencé à l’été 1995, alors que je débutais ma retraite comme employé d’Hydro-Québec. Mon épouse et moi habitions Trois-Rivières à ce moment-là, mais nous disposions d’une résidence secondaire que nous avions fait construire en 1979 sur un terrain boisé de 135,000 pieds carrés en bordure du lac Quesnel de St-Damien de Brandon. Mon frère René, qui habitait au Domaine du lac Lachance de St-Damien; m’a fait part de sa préoccupation concernant la mise en vente d’une partie de terre, entièrement boisé, d’une cinquantaine d’arpents, qui pourrait avoir une incidence néfaste, sur le paysage qu’il contemplait depuis sa résidence. En effet il craignait que cette partie de terre soit acquise pour fins de déboisement commercial, et que cela fasse en sorte de perturber négativement son aspect visuel sur ce flanc de montagne bordé par une rivière.


Il me demande si je serais intéressé à investir avec lui pour l’acquisition de cette partie de terre boisé; je suis d’accord et il entreprend les négociations en vue de son acquisition.

C’est en septembre 1995 que nous devenons les 2 copropriétaires de cette partie de terre; elle est zonée blanche; donc non agricole; d’où possibilité d’en faire un projet de développement résidentiel.

Nous définissons notre projet et convenons alors que ce projet de développement sera encadré par l’idée maîtresse suivante :

« DÉVELOPPER UN PROJET EN CONFORMITÉ AVEC L’ENVIRONNEMENT ET AVEC LA CAMPAGNE DANS TOUTE SON INTÉGRITÉ » 




Nous acquérons quelques parcelles de terrains additionnelles afin d’augmenter notre superficie de terrain borné par la rivière et pour nous donner accès à un chemin municipalisé existant (Chemin de Grandpré).

Avec un professeur émérite en architecture de l’Université de Montréal, nous travaillons à une première ébauche de projet. En janvier 1996, ce professeur inscrit notre projet dans le cadre d’un atelier technique pour ses étudiants(es) de 3e année; lequel atelier porte sur l’étude du site en premier lieu et sur le design de bâtiments résidentiels s’harmonisant avec ce versant de montagne nord est.
Après avoir fait visiter le site aux étudiants (es), nous intervenons, de façon périodique, à titre de clients potentiels comme critiques des différentes esquives de projets de bâtiments résidentiels en cours d’élaboration.

En parallèle, avec un arpenteur géomètre, nous établissons quelques repères afin de finaliser le plan image de notre développement, lequel se présente en 4 phases de développement avec 40 emplacements de terrain; que nous soumettons à la municipalité de Saint-Damien pour fins d’approbation.


En avril 1996, suite à l’approbation du projet de développement par la Municipalité, nous procédons, avec un arpenteur géomètre, à l’arpentage global du projet et à la délimitation, sur le terrain, de l’emplacement des chemins de la phase 2.

Nous débutons le déboisement de l’emplacement d’une première section de chemin à l’automne 1996. 


La conception de l’infrastructure des chemins est réalisée par une firme d’ingénierie, afin de bien prendre en considération la topographie particulière de la montagne et pour s’assurer du respect de la règlementation municipale. 


Le déboisement des terrains est encadré à partir de prescriptions émises par un ingénieur forestier; au moyen de coupe sélective, nous procédons à l’aménagement du boisé des emplacements de terrain. Pour mieux respecter les caractéristiques topographiques naturelles de chacun des terrains, tout le travail de déboisement est réalisé avec un VTT, donc aucune débusqueuse sur place. Étant originaire de St-Cléophas-de-Brandon et ayant été élevé sur une ferme; les travaux forestiers font parties de mes expériences acquises.

Pendant tout ce temps, nous travaillons également à la recherche d’un nom pour mieux définir notre projet; c’est alors que nous retenons « Le Boisé Chantant » comme nom commercial de notre projet, car celui-ci s’identifie parfaitement au chant de l’eau s’écoulant à travers les roches du lit de la rivière le bordant, et également au chant du vent soufflant à travers les arbres de toute cette superficie de terrain entièrement boisé.


Nous choisissons le nom des chemins qui déserviront le projet:

Chemin de la Sérénité et Chemin de la Quiétude; et ce, afin de bien identifier la forme que nous voulons lui donner et faire en sorte de renforcer le caractère particulier de la campagne comme trame de fond.

Le 12 juin 1996 : Immatriculation de la société « Projets René & Régent Piette inc. avec rétention du nom d’emprunt « Le Boisé Chantant »


Le 07 octobre 1996, nous transférons notre copropriété à notre société « Projets René & Régent Piette inc. » que nous avions fait immatriculé antérieurement avec la rétention du nom d’emprunt commercial « Le Boisé Chantant »


À l’été 1998, mon épouse et moi y faisons construire, sur un terrain de 43872 pieds carrés, notre nouvelle maison que nous habiterons de façon permanente à partir de l’automne.


Et depuis nous habitons toujours sur place pour poursuivre le projet; 8 autres maisons s’y sont construites.